Comité de liaison (CLAN-R)

Nicolas Baverez : « Gérer le risque algérien »

dimanche 30 juillet 2023

Par Nicolas Baverez. LE FIGARO 24 juillet 2023

CHRONIQUE – La France doit redéfinir une politique cohérente vis-à-vis de l’Algérie autour de cinq priorités.

Alors qu’Emmanuel Macron en a fait une des pierres angulaires de son parcours et de son identité politiques, en déclarant à Alger en février 2017 que « la colonisation est un crime contre l’humanité », puis l’une des priorités de sa politique étrangère jusqu’à provoquer une brouille diplomatique avec le Maroc, jamais l’Algérie n’a conduit depuis son indépendance une politique aussi délibérément et frontalement hostile à la France.

Sous l’affichage de la proximité entre les présidents Tebboune et Macron, sous le rituel des voyages en Algérie, sous les déclarations unilatérales de Paris appelant à tourner la page de la colonisation, pointe une profonde dégradation des relations entre les deux pays.

Les entreprises françaises sont méthodiquement discriminées et la coopération se réduit à la multiplication des contentieux concernant les impayés qui leur sont dus.

La culture et la langue françaises sont en voie d’éradication.

Les demandes de laissez-passer consulaires nécessaires aux expulsions de citoyens algériens sont systématiquement refusées.

Des encouragements et un soutien explicites ont été apportés par Alger aux émeutiers qui ont embrasé les villes sur tout le territoire. Dans le droit fil des obstacles dressés à l’intervention au Sahel,le régime algérien appuie les efforts de la Russie pour bouter la France hors du continent africain et organise des manœuvres militaires conjointes avec l’armée russe.

En réalité, soixante ans après l’indépendance, la seule source de légitimité de la dictature militaire comme de l’identité nationale algérienne reste l’éternel retour de la guerre d’indépendance etla détestation de la France.

Et l’agressivité envers notre pays ne peut que croître avec la reprise en main de l’Algérie par l’État profond qui a brisé les espoirs et les militants du Hirak, avec l’incapacité du régime à casser la spirale du non-développement, avec la volonté de revanche du Sud global contre les anciennes puissances coloniales.

Le meilleur exemple de la malédiction des matières premières

L’Algérie constitue avec le Venezuela le meilleur exemple de la malédiction des matières premières.

Elle est un pays immensément riche ruiné par un régime dictatorial et corrompu ainsi que par le choix d’un modèle socialiste d’économie dirigée. L’économie connaît une apparente embellie liée à l’envol du prix des hydrocarbures, qui ont généré 69 milliards de recettes d’exportations, soit un niveau record depuis 2013.

La situation demeure cependant très fragile car cette manne financière n’est pas mise au service du décollage économique mais du financement du pacte politique pervers qui échange le déversement d’aides sociales contre le maintien de la dictature. Les dépenses publiques sont en hausse de 56 % dans la loi de finances complémentaire pour 2022, centrées sur l’augmentation de la rémunération des fonctionnaires, des allocations-chômage et des pensions de retraite, alors que l’investissement public diminue de moitié.

La rente des hydrocarbures va de pair avec l’échec de la diversification et l’euthanasie du secteur privé.]
L’omniprésence de l’État et la corruption endémique limitent drastiquement les investissements directs étrangers tandis que le chômage touche un quart des actifs et plus de la moitié des jeunes.

À lire aussiXavier Driencourt :

« L’Algérie s’effondre, entraînera-t-elle la France dans sa chute ? »

octroyant aux Algériens un statut dérogatoire au droit commun en matière d’immigration qui interdit tout contrôle des flux alors qu’ils représentent 12,7 % des immigrés vivant en France. -La mise en place d’une stratégie de codéveloppement fondée sur le secteur privé et les entrepreneurs.

- Le maintien des liens avec la société civile algérienne en mobilisant la diaspora et le levier de la langue française. –

- Le déploiement d’un système européen intégré de surveillance et d’intervention en Méditerranée afin de pouvoir en assurer la sécurité en toutes circonstances. –

- La réconciliation avec le Maroc, qui constitue le meilleur allié pour stabiliser l’Afrique.

L’heure n’est plus à rêver à des partenariats chimériques avec l’Algérie mais à gérer le risque réel qu’elle constitue.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 102 / 204475

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Points de vue   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.19 + AHUNTSIC

Creative Commons License