Comité de liaison (CLAN-R)

"Morts pour la France" : Marie-Claude Teuma, une femme déterminée

lundi 27 janvier 2014

Dans un message daté du 24.01.2014 et diffusé via Internet, adressé aux « Chers compatriotes, chers amis », Mme. Marie-Claude Teuma, rappelant succinctement les termes de l’ « acte d’acquiescement » du 26.12.2013, note : « Voilà, après de nombreuses péripéties qui, durent depuis le 05.11.2009, les enlevés/disparus après l’indépendance de l’Algérie sont enfin reconnus comme victimes « d’acte de violence constituant une suite directe de faits de guerre » (Code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre : Article L488 de la loi n° 2005-1719 du 30.12.2005).

J’espère que les familles de disparus Pieds-Noirs et Harkis n’hésiteront pas à faire la demande de la mention « Mort pour la France » auprès de l’ONAC pour honorer la mémoire de leurs disparus mais aussi pour que notre histoire soit reconnue et respectée et, que leur sacrifice au nom de « l’intérêt supérieur de l’Etat » soit célébré par tous, civils et militaires.

Ils ont existé.

J’espère que toutes les places, rues et squares de France célébrant le 19 mars seront débaptisés, car le reconnaissance des « morts pour la France » après l’indépendance est bien la preuve que les « Accords d’Evian » n’ont pas été respectés et ne symbolisent en aucun cas la fin de la guerre.

Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont témoigné pour mon procès et toutes celles qui m’ont soutenue et conseillée. Soyez-en remerciés très sincèrement du fond du cœur. Je dois également remercier mes avocates, Maître Fanny Velay et Maître Karline Gaborit qui ont adhéré sans hésitation à notre cause et qui ont su plaider avec conviction. Je me tiens à la disposition de toute personne qui désirerait avoir un complément d’information. ».

 - :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :-

</center

A la lecture de la lettre de Marie-Claude, transparaît certes un soulagement, après un long combat serein et déterminé pour la reconnaissance de la disparition de son père, mais aussi beaucoup d’altruisme envers ceux des Pieds-Noirs et des Harkis qui ont subi le même horrible sort.

L’auteur l’avait rencontré deux fois, seulement, mais avait été très vite touché par son empathie et par cette force intrinsèque qu’elle dégage toujours. Elle est en droit, aujourd’hui, de passer le témoin, en rappelant aux relayeurs cette précaution de Gustave Le Bon : « Les volontés précaires se traduisent par des discours, les volontés fortes par des actes. ».

 DELENCLOS Michel

Bibliographie :

- De Claude Micheletti "Fors l’honneur", Ed. Curutchet, 2002.
- De Raphaël Delpard "Les oubliés de l’histoire", Ed. M. Lafon, 2003.
- De Guy Pujante "De l’Algérie de papa à l’Oas", Ed. G. de Bouillon, 2004.
- De Michel Delenclos « Les Mots des uns...Les Maux des autres. La France et l’Algérie », Ed. G. de Bouillon, 2008.
- De M. Delenclos « 19 mars 1962 ? Waterloo ! », Ed. L »Harmattan, 2013
Voir « Mort pour la France » et « Disparus », 2009. Supplément à l’Algérianiste n° 130 de 06/2010.

M.C Teuma par Michel Delenclos

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 39 / 29011

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Disparus   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.14 + AHUNTSIC

Creative Commons License