Comité de liaison (CLAN-R)

Historique de l’Institut Pasteur d’Algérie

mercredi 5 février 2020

L’Institut Pasteur d’Alger fut créé en 1894, à l’initiative des Docteurs Jean Baptiste Paulin TROLARD et H. SOULIE. Il avait pour mission au départ, d’assurer le traitement antirabique des personnes mordues.

En l’an1900, l’Institut Pasteur de Paris détacha à Alger une mission permanente, dirigée par les frères Edmond et Etienne SERGENT, pour vérifier les hypothèses émises par le Docteur Alphonse LAVERAN sur l’agent du paludisme.

Conformément aux conclusions de la mission, fut créé le 31 décembre 1909, l’Institut Pasteur d’Algérie, né de la fusion entre cette mission et l’Institut Pasteur d’Alger. L’Institut Pasteur d’Algérie fut considéré comme un Institut d’Outre-mer, rattaché à la maison-mère et placé sous la tutelle des autorités coloniales locales, à la suite d’un contrat signé entre C. JONNART, gouverneur général de l’Algérie et l’Institut Pasteur de Paris dirigé par le Docteur Émile ROUX.

Ce contrat définit l’Institut Pasteur d’Algérie comme "le centre de recherches scientifiques d’après les méthodes pasteuriennes" auquel est confié "l’étude des maladies virulentes de l’homme, des animaux et des plantes intéressant l’Algérie et les pays de l’Afrique du nord , l’enseignement des méthodes microbiologiques , l’organisation et la direction de tous les travaux, missions et études scientifiques se rapportant aux recherches microbiologiques ou intéressant la santé publique en Algérie". La direction de cet Institut fut confiée au Docteur Albert CALMETTE (de 1910 à 1912),

Puis au Docteur Edmond SERGENT (de 1912 à 1962). L’action de cet établissement, limitée tout d’abord au service antirabique, s’étendit bientôt à la préparation des sérums et vaccins, à l’organisation du service antipaludique, et d’une façon générale, à l’étude de la pathologie algérienne.

Le départ massif des cadres français en 1962, contraint l’Institut Pasteur d’Algérie à arrêter momentanément ses activités scientifiques.

Le Docteur BEGUET assurera l’intérim jusqu’au mois d’avril 1963, date à laquelle la direction sera confiée au Docteur Robert NEIL qui redynamisera les activités scientifiques et de formation au sein de l’Institut, pour la production des sérums et vaccins. Il mènera l’IPA à son algérianisation, en 1971.

Le 21 juin 1971, par ordonnance n°71-45, l’Institut Pasteur d’Algérie fut érigé en "Etablissement d’utilité publique, sans but lucratif, doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière". Le ministère de tutelle confia sa direction au Professeur Mostefa BENHASSINE du 10/12/1971 au 1/12/1986. L’Institut fut alors investi d’une triple mission : Recherche et référence dans les domaines de la microbiologie, de la parasitologie et de l’immunologie, Production et distribution de sérums et vaccins à usage humain et vétérinaire, Formation du personnel scientifique et technique dans ses domaines d’activités.

L’Institut Pasteur d’Algérie a eu son siège de 1894 à 1909 au Boulevard « Avenue Pasteur- Alger centre ».

L’Institut Pasteur d’Algérie fait en outre partie actuellement, du Réseau International des Instituts Pasteur (RIIP), dont la coordination est assurée par l’Institut Pasteur de Paris. Leur objectif commun est d’élaborer un programme de coopération scientifique notamment pour : La protection de la santé publique, en particulier pour la surveillance et le contrôle épidémiologique des maladies infectieuses et parasitaires (Sida, grippe, tuberculose, paludisme, choléra, etc.) ; La participation aux grands programmes internationaux ou régionaux de recherche (recherches cliniques, enquêtes épidémiologiques, recherches fondamentales, etc.) ; La formation du personnel scientifique (biologistes, chercheurs et techniciens) dans le cadre de leur activité de santé publique et de recherche.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 229 / 651162

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Histoire et mémoires  Suivre la vie du site 4- Aspects de la période Française en Algérie  Suivre la vie du site 4.2 l’Enseignement, la Santé, la Recherche  Suivre la vie du site 4.2.7 l’enseignement, la pratique de la médecine et la (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License