Comité de liaison (CLAN-R)

Georges Clément- Les indésirables. Sous les cendres du paradis

jeudi 20 novembre 2014

En couverture : Saint Nicholas’ church le 11 septembre 2001 © Eric
O’Connell.

ACADEMIÆ ÉDITION- 20€ Pour commander l’ouvrage

1962, Alger. Une jeune femme de 32 ans, Anne-France Pérez,
journaliste à l’Écho d’Alger, fuit l’Algérie. Rescapée et soignée à Alicante,
elle s’exile d’Europe pour atterrir à New York en 1963 avec son fils.

2001. New York. À 71 ans, après être restée silencieuse sur les
événements d’Algérie comme beaucoup de ses compatriotes européens,
lors d’une évocation familiale des événements de Bosnie et du Kosovo,
elle s’ouvre en confidences à sa belle-fille, Sharon, et lui raconte sa
jeunesse, pendant l’été à Long Island.

2000-2001. 19 terroristes, Saoudiens pour la plupart, s’activent
entre les États-Unis et l’Europe en toute impunité, préparant un
attentat.

Lorsque le récit d’Anne-France se termine, l’histoire s’accomplit.

Ce livre n’est pas un livre sur l’histoire de la guerre d’Algérie, mais
sur la traversée des épreuves de la guerre et du sens d’un combat pour
ceux qui vivent ces événements, et sur l’innocence coupable des autres
qui, à des milliers de kilomètres de là, n’en comprennent ni la pugnacité
ni la cause.

C’est aussi un livre qui décrit la construction d’un être, d’une femme
en l’occurrence, confrontée à ces dangers et à ses tourments, ceux d’une
indépendance si difficile à assumer, et ceux que le dépassement des
épreuves infligent à celle qu’habitent les passions de l’âme et du corps.
Enfin, il cherche à montrer que l’histoire court toujours, même
quand tout semble calme et réglé pour le citoyen moyen, fût-il celui du
plus puissant pays du monde ; et que la liberté est au prix de la vigilance
et de la connaissance de soi et des autres.

<><><><><><><><><><><><><><>

Anne-France Pérez, un nom qui résume une femme symbole. La métropole aimée à en mourir, l’origine espagnole et plus encore méditerranéenne ; fille de cette terre d’Algérie, pétrie de ses cultures, incapable de s’imaginer ailleurs que dans cette ville d’Alger, l’Alger française et prête à tous les sacrifices pour la garder à la France qui ne veut plus d’elle, Anne-France vivra les espoirs et les désillusions, les bonheurs sensuels et les souffrances de l’âme, du cœur et du corps ; mais elle est une femme libre et forte.

Lorsqu’elle s’alanguit dans la tendresse craintive d’une famille unie, elle se reprend pour lutter pour ses amours, son amour, dénoncer les lâchetés, les trahisons que son regard pur dévoile. Capable, lorsque tout est perdu, de gagner l’horizon pour sauver l’essentiel, son fils, celui qui prolongera, celui qui justifie. Encore faut-il qu’il sache et Anne-France s’est tue si longtemps.

1962 Alger. Une jeune femme de 32 ans, Anne-France Pérez, journaliste à l’Echo d’Alger, fuit l’Algérie su le point d’être indépendante. Rescapée, elle s’exile d’Europe et atterri, en 1963, à New York avec son fils.
2001. A 71 ans, elle se décide à parler pour la première fois à sa belle-fille Sharon puis à son fils, René de sa vie et des péripéties qui l’ont conduite en Amérique.

Dans le même temps, 19 terroristes, saoudien pour la plupart, préparent activement un terrible attentat.

L’histoire de cette femme est la traversée des épreuves de la guerre d’Algérie et du sens du combat pour ceux qui vivent les événements. Elle dit l’aveuglement coupable de ceux qui, à des milliers de Kilomètres, n’en comprennent ni la pugnacité ni la cause. C’est le roman vrai d’une femme de cette époque qui draine ses conséquences néfastes aujourd’hui car l’histoire court toujours pour l’Europe, les Etats-Unis, le monde. La liberté est au prix de la vigilance et de la connaissance de soi et des autres.

Le style est fluide, prenant, poétique souvent, acre et dur aussi, pour dire l’indicible. Le lecteur passe sans heurt de 1962 à 2011, avide de suivre les protagonistes dans leur vie contemporaine et dans les souvenirs palpitants. Un roman et plus qu’un roman.

Puisse ce livre faire comprendre cela aux aveugles et aux sourds qui gouvernent si mal notre terre.

Geneviève de Ternant
Novembre 2014


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 643 / 576780

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le CLAN-R conseille  Suivre la vie du site Publications   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License