Comité de liaison (CLAN-R)

Discours de David Rachline Maire de Fréjus A l’occasion de la cérémonie du 5 juillet dédiée au massacre d’Oran

dimanche 15 juillet 2018

La simple et nue vérité, nous semble encore plus terrible, quand nous l’entendons enfin

Discours de David Rachline
Maire de Fréjus
A l’occasion de la cérémonie du 5 juillet dédiée au massacre d’Oran

Nous voici réunis en ce 5 juillet, devant cette stèle de pierre frappée de l’Algérie Française, une nouvelle fois réunis au rendez-vous de la fidélité et du souvenir.

Le 5 juillet n’est pas une date comme une autre de la guerre d’Algérie.
C’est le jour du plus grand massacre de cette guerre.

Un massacre qui ne doit rien aux combats mais tout à la cruauté d’une populace haineuse et à l’impuissance voulue ou volontaire d’une armée aux ordres d’un gouvernement félon.

Je pèse mes mots : cette stèle n’est pas une stèle comme les autres, elle a été installée aussi pour dénoncer ces félonies d’un gouvernement Français qui abandonnera des Français et une part de son territoire ! Cette stèle est aussi celle des victimes de la guerre et des massacres. C’est également la stèle de ceux qui ont combattu jusqu’à la mort pour que l’Algérie reste française, pour que leurs foyers restent leurs foyers...

Voilà pourquoi, nous savons ce qui nous réunit ici, ce matin. Nul besoin de grands discours pour ceux qui ont la mémoire et le cœur entièrement tournés vers cette part de nous-mêmes, vers cette Histoire récente.

Nul besoin d’explications fantasques pour tous ceux qui, ayant vécu le cauchemar de 1962, ont toujours redouté qu’il nous rattrape un jour, ici, sur cette rive de la Méditerranée.

Notre rassemblement est donc un témoignage vibrant au service de la vérité, de la loyauté et de la justice. Et pour la justice, nous sommes prêts à nous battre.
Nous ne sommes pas ici pour nous complaire dans la douleur et dans les regrets, nous sommes ici des combattants, des amoureux de la France, au service de notre Histoire, de notre peuple et de notre nation.

Nous ravivons la mémoire des disparus, des assassinés : des hommes, des femmes et des enfants d’Oran et de l’Algérie Française dont les gouvernements français ont nié jusqu’à l’existence en ne cherchant jamais la vérité à leur sujet, à leur égard.
Nous honorons des Français que l’État français, que l’armée française a abandonné à leurs bourreaux alors même qu’ils pouvaient, qu’ils devaient les protéger !

Nous rappelons le souvenir d’une lâcheté organisée, d’un abandon absolu, d’une fuite abjecte.

Nous rappelons les hommes Français mitraillés, les femmes Françaises abattues froidement, les enfants Français torturés et massacrés.

Nous rappelons les pieds noirs pendus, fusillés et massacrés !

Pour finir d’enterrer les morts, il faut les faire entrer dans l’Histoire.

Nous sommes ici les fils et les filles d’une histoire qui n’est pas terminée.

Nous sommes les héritiers d’une tâche à accomplir.

La France a abandonné les massacrés d’Oran. Nous ne les oublierons jamais !

Nous clamerons toujours le droit de se réunir, de commémorer, de se souvenir
Et par-dessus tout de demander des comptes à ceux qui, il y a maintenant 56 ans, ont par lâcheté, par facilité et par déloyauté, laisser faire ou abandonner des citoyens Français face à la barbarie immonde et abjecte !

Que vive le souvenir de la France en Algérie, Que vive Oran la radieuse, Que vive Fréjus et Que vive la France !!!


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 66 / 571696

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Commémorations  Suivre la vie du site 2018   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.19 + AHUNTSIC

Creative Commons License