Comité de liaison (CLAN-R)

ANNE CAZAL.LA FAUSSE PAIX D’EVIAN

samedi 13 octobre 2012

On se demande comment Jean Morin a pu, sans gêne et sans honte, écrire, 35 ans plus tard, ces lignes qui attestaient une telle duperie historique, dans son livre « De Gaulle et l’Algérie  » – (Ed. Albin Michel 1999) alors qu’il savait bien que toutes ces promesses et ces engagements, portant la signature de la France officielle, avaient été ignorés violés, bafoués, piétinés impunément par le FLN, comme sans doute jamais ne le fut un engagement, souscrit par la France, sans que le chef de l’Etat français adressa la moindre protestation, ni prit la moindre disposition pour tenter d’y porter remède !

Dans ses « Mémoires d’Espoir » (Ed.Plon 1970), De Gaulle passera toutes ces violations sous silence. L’exode des Pieds Noirs ? La seule circonstance où le Président de la Ve République daignera y faire allusion, se résumera dans cette boutade, difficilement croyable, lancée en public le 14 Juin 1963, lors d’un déplacement en province. Le paranoïaque, par nature très manipulateur de vérité, affectionne ce genre de défi : «  Tout s’est passé sans heurt sans drame et sans douleurs  » !

Et De Gaulle a eu l’impudence d’ajouter, comme si la France, en rapatriant les Français d’Algérie, avait accueilli quelque peuplade étrangère et primitive : «  Cela ne s’était jamais vu !  ».

Ouvrons ici une parenthèse, pour noter ce qui, en réalité «  ne s’était jamais vu…  », ni en France, au cours de sa longue Histoire, ni dans aucun autre pays au monde :

Cela ne s’était jamais vu  : un pays qui, ayant remporté une éclatante victoire militaire sur un mouvement subversif et terroriste, décidait soudain de capituler devant cet ennemi vaincu et de remettre entre ses mains sanglantes, non seulement une grande partie du territoire national, mais, aussi, le sort de onze millions d’âmes…

Cela ne s’était jamais vu  : un pays qui déchaînait, contre ses propres ressortissants, en choisissant pour exécuteurs des basses œuvres des condamnés de droit commun ou des mercenaires étrangers, une répression sauvage, barbare, impitoyable, uniquement parce que ces citoyens là refusaient la honteuse capitulation de leur pays et voulaient garder leur terre française !

Cela ne s’était jamais vu  : un Chef d’Etat français qui viole, à la fois, le droit français et la Constitution française dont il est le garant, n’hésitant pas à remplir les cachots de son pays de patriotes, qui prend contre eux des mesures d’exception totalitaires et injustifiées, qui condamne, avec l’effrayant mépris qui le caractérise, à la peine de mort, ceux qui, comme le Colonel Bastien Thiry, osaient dénoncer les actes infamants du Régime !

Cela ne s’était jamais vu  : une Nation qui, après avoir capitulé devant un ennemi vaincu, lui abandonne ses soldats prisonniers, ou simplement désarmés, et tolère, dans le silence le plus complet, leur meurtre organisé, laissant entre les mains de cet antagoniste malfaisant ses jeunes appelés métropolitains, ses harkis, ses moghaznis, ceci en sachant parfaitement qu’ils sont condamnés et que leur mise à mort sera atroce !

Non, cela ne s’était jamais vu  : Nulle part, dans aucun autre pays, même les moins développés, même les plus totalitaires… Il a fallu que ce soit en France, sous la férule de Charles De Gaulle, individu pervers et machiavélique, abusant, par le verbe, tous les Français de métropole – mensonge qui continue, de nos jours pour préserver une fausse idole – que tous ces forfaits ont été perpétrés !


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 206 / 269167

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Histoire et mémoires  Suivre la vie du site 3- La guerre d’Algérie 1954 1962 (Grands évènements (...)  Suivre la vie du site 3.5 Les grandes dates des tragédies.  Suivre la vie du site 3.54 Le faux cessez le feu et les accords d Evian   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.19 + AHUNTSIC

Creative Commons License