Comité de Liaison des Associations Nationales de Rapatriés  
Comité de liaison (CLAN-R)

Décès du Lieutenant-Colonel Armand Bénésis de Rotrou.

mardi 13 mars 2012

Les obsèques auront lieu le Vendredi 16 Mars à 9 H 00

en l’église de Notre Dame des Pins (06400 Cannes)

Issu d’une famille catholique de militaires originaire de l’Aude, le lieutenant-colonel Armand Bénésis de Rotrou est né en 1932 à Bône en Algérie, dans le Constantinois, où son père sert comme capitaine au 3e régiment de tirailleurs algériens.

A partir de 1938, il passe son enfance dans le centre et l’est de la France, au gré des mutations de son père, de la guerre et de l’Occupation, puis poursuit des études secondaires avec l’idée de devenir soldat.

A la suite d’une défaillance auditive remontant à l’enfance qui l’empêchera d’intégrer une école militaire, il devient officier de réserve et est volontaire pour combattre en Algérie, avec un double objectif : servir son pays et, suivant l’exemple familial, devenir officier d’active. Aspirant, il arrive en Algérie en avril 1956 et commande une section de combat, puis une unité de harkis.

Sous-lieutenant à la fin de la même année, il est nommé lieutenant fin 1958.

En août 1959, désigné sur sa demande officier adjoint au commando musulman de Saïda, le prestigieux commando « Georges » créé par le colonel Bigeard, le lieutenant « Armand » (son nom de guerre à Saïda) y reste plus de deux ans au bout desquels, en raison de sa participation sur ordre de son supérieur à l’O.A.S., il est, pour échapper à l’arrestation, muté précipitamment dans le Constantinois, à la tête d’une compagnie de combat isolée et d’une unité de harkis qu’il sauvera du massacre en contrevenant aux ordres reçus.

Après l’indépendance de l’Algérie (2 juillet 1962), il rejoint l’école d’application de l’infanterie de Saint-Maixent (Deux-Sèvres), où il entre major de sa promotion et est activé en octobre 1962.

Il sert dans l’infanterie en Algérie et en France jusqu’en juillet 1966 puis, volontaire pour servir à la Légion étrangère, il rejoint le 2e régiment étranger d’infanterie stationné au Sahara.

Au début de 1968, et pour cinq ans et demi, il est muté au prestigieux 2e régiment étranger de parachutistes avec lequel il participe à la campagne du Tchad pendant laquelle il est, en juillet 1969, nommé capitaine. De 1973 à 1979, il sert successivement au 1er régiment étranger à Aubagne et au 3e régiment étranger d’infanterie en Guyane. Il est chef de bataillon depuis juillet 1977. Début 1979, étant astreint à effectuer un « temps d’état-major », il quitte à regret la Légion étrangère pour servir, jusqu’en 1983, à la 5e division blindée en Allemagne. Il est nommé lieutenant-colonel en juillet 1983.

La même année, il quitte l’armée sur sa demande et poursuit une deuxième carrière civile à l’étranger.

Parachutiste depuis mai 1954, deux fois blessé, le lieutenant-colonel Bénésis de Rotrou est titulaire de six citations. Le trente avril 2005 lors de la célébration du combat de Camerone, sur la voie sacrée de la maison mère de la Légion étrangère à Aubagne, devant le front des troupes et des milliers de sympathisants, il est décoré de la croix de commandeur de la Légion d’honneur, juste témoignage de la nation envers cet officier ayant consacré sa vie à l’armée de la France.

Retiré dans le Midi, le lieutenant-colonel Bénésis de Rotrou participe à la vie de nombreuses associations. Auteur du livre Commando "Georges" et l’Algérie d’après qui a obtenu les prix "Armée et défense" 2009 de l’U.N.O.R. et "Histoire militaire" 2010 du Cercle algérianiste, il est cité par les médias, publie des articles, tient des conférences.

Antibes Novembre 2011

Mentions légales | Mail | Plan du site | Rédaction | Statistiques | visites : 423104

1.9.2a + ALT      RSS fr RSSCommunication RSSLe CLAN-R diffuse