Comité de liaison (CLAN-R)

1961, année charnière ?- Michel LAGROT

samedi 4 février 2012

Des nombreuses interviewes reproduites, dont quelques unes - sans plus – auprès des Français d’Algérie, de l’époque et d’aujourd’hui, on retire des impressions diverses et quelques « matériaux historiques », tels que ce brave musulman de la Kasbah racontant comment, le dimanche, il avait coutume de se baigner à la Madrague ; cette plage étant présentée couramment ( v. ARTE ) comme interdite aux musulmans…. Ou cette très virulente militante FLN racontant candidement avec des frissons comment, circulant avec sa voiture à Constantine, elle fut glacée d’effroi, prise dans une manifestation de jeunes gens pour l’Algérie française. La pauvre chérie ne réalise pas que d’autres jeunes femmes, européennes, ont été aussi prises dans des hordes de manifestants FLN, la différence étant que ces dernières n’ont plus eu le loisir de le raconter…

On retiendra la remarquable intervention de J.C. Perez, comme on pouvait s’y attendre sans langue de bois, exposant crûment le problème de la survie des Européens et du nécessaire combat dont, hélas, ils n’ont pris conscience que bien trop tard. La seule interview extensive, réalisée sur place à Mascara dans un cimetière européen, est consacrée à Mme Aline Cespedes-Vignes, auteur de 2 ouvrages d’évocation des dernières années françaises. Pourquoi elle, parmi les auteurs si nombreux dans le genre ? On croit comprendre que son sésame pour l’émission fut la phrase prononcée au début : « je savais dans mon fors intérieur que leur combat ( celui du FLN ) était légitime »…

Le mot de passe obligé… !

Sur la description de la situation de l’époque, occultation totale de ce qui gêne : l’action pacificatrice de l’Armée tournée en dérision, pas un mot sur les SAS, dont l’action fut pourtant si importante et si novatrice. Pas un mot des persécutions du pouvoir à l’encontre de la population européenne, pas un mot des enlèvements, des égorgements, de l’exode prévisible et déjà commencé, des polices parallèles, des arrestations arbitraires de jeunes, des camps de Djorf et de Lambèse, des tortionnaires comme Desbrosse….

Les souffrances du peuple pieds noirs, n’existent pas, pertes et profits… en revanche, la manifestation du FLN à Paris le 17 octobre, dont le bilan est grotesquement refabriqué, est décrit horrifiquement, bien que Boualem Sansal reconnaisse honnêtement qu’à l’époque il en avait à peine entendu parler.

Les extraits de films illustrant la partie documentaire sont pratiquement tous tirés d’œuvres très orientées, genre « La bataille d’Alger » et il est surprenant de constater combien, déjà, ils sonnent faux … R.Branche, « historien » d’extrême gauche fait à ce propos une remarque assez plaisante, s’étonnant du bruit fait autour de « Hors-la-loi », film insignifiant, puisqu’on était libre d’aller voir d’autres productions…. comme si on avait le choix ! pas la moindre mention du film de J.P. Lledo, totalement passé sous silence, alors qu’il est justement un véritable événement.

Un certain J.Ferrandez, auteur d’une assez médiocre B.D. sur cette guerre, plaide pour ne pas céder à l’anachronisme, dans lequel pourtant il plonge en permanence dans son oeuvre, sans doute de bonne foi : une illustration de la difficulté qu’il y a à revivre un temps sur lequel tant de mensonges ont passé, et pourtant si proche….

Au total, les inébranlables paradigmes du siècle restent le socle de toute approche de l’Histoire : il est entendu que tout le monde savait que l’Algérie serait indépendante ( sans doute avons nous mauvaise mémoire..), que tout le peuple algérien ( dont les Pieds noirs n’ont jamais fait partie ) s’est soulevé contre un colonialisme oppresseur, que la nostalgie est un sentiment réactionnaire ( quand elle est ressentie par nous ), que la colonisation était un échec ( que nous ayons remis à des assassins le pays quasiment le plus moderne d’Afrique ne compte pas )….

Lorsque B.Sansal évoque la confiscation de l’Histoire par le FLN, il peut étendre sa réflexion à la France ! Pour nous, Français de là-bas, c’est encore plus simple : nous avons compté pour zéro dans les décisions du politique , et historiquement on nous a déjà rayé de l’Histoire. Jacques Soustelle avait nommé cela un ethnocide…..

Remercions tout de même France-Culture de nous avoir épargné le « spécialiste-de-la-guerre-d’Algérie » qui remplit habituellement de ses prétentieuses péroraisons ses émissions historiques, et que tout le monde aura reconnu. Et laissons Boualem Sansal, encore lui, tirer de tout cela une conclusion désabusée : Les guerres , a-t-il déclaré, ne finissent jamais…..

M.Lagrot

Hyères le 4/8/2011


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2694 / 630413

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Points de vue   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License