Comité de liaison (CLAN-R)

26 mars 1962 à Alger : Témoignages...

jeudi 10 mars 2011

- Je témoigne avoir vu des reporters molestés dans l’exercice de leur fonctions, leurs appareils ouverts et les pellicules et films dévidés sur le trottoir.

Enfin après avoir vu ce que j’ai vu, j’ai la conviction que ce massacre a été préparé, voulu et systématique. Qu’il a été fait « impitoyablement et par tous les moyens » afin « de briser, corps et âmes la résistance française du peuple d’Alger »

Voilà, chers parents le témoignage que j’ai donné aux députés d’Alger mais la voix des témoins a déjà été et sera étouffée. J’ai vu d’autres choses horribles aussi…

J’ai vu ces tirailleurs dont on a la preuve maintenant que ce sont de vieilles recrues de l’ALN fraîchement incorporées, danser en hurlant et en mitraillant des blessés à terre, les décapitant à coups de mitraillette. J’ai vu des blessés ou des rescapés se glisser sous des voitures en stationnement et systématiquement poursuivis et achevés au pistolet mitrailleur.

Mais j’ai vu aussi un soldat musulman rentrer dans le couloir, où on était réfugié, nous mettre en joue les doigts tremblants…nous avons cru que c’était la fin, mais un jeune musulman parmi nous lui a parlé, l’a calmé et a réussi à lui enlever le chargeur de sa mitraillette. Puis, à cause de la tension nerveuse, le jeune musulman a été pris d’une crise nerveuse et s’est accroché au col du soldat et le secouait en criant « mais nous sommes français et tu nous tire dessus !! ».

J’ai vu des crânes éclatés par des coups tirés à bout portant. J’ai vu …et j’ai vu…..

Voilà comment on tue. Voilà on veut briser impitoyablement et par tous les moyens la résistance française en Algérie.

Voilà les ordres de de Gaulle !!!

Au moment de la fusillade, les gendarmes mobiles (du Forum) ont tiré à la mitrailleuse lourde sur la foule affolée qui courait sur la place de la Poste et la fusillade a éclaté aussi rue Michelet, place de l’Agha, toujours sur des foules bloquées par des barrages.

Voilà, tous les moyens employés par de Gaulle.

Je ne vous parle pas de la situation de Bab el Oued : c’est le ghetto de Varsovie. Les blessés ne sont pas soignés, les morts ne peuvent pas être enterrés ni sortis des immeubles qui suffoquent dans la puanteur. Les provisions sont rares dans ce quartier pauvre.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 4829 / 664295

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Histoire et mémoires  Suivre la vie du site 3- La guerre d’Algérie 1954 1962 (Grands évènements (...)  Suivre la vie du site 3.5 Les grandes dates des tragédies.  Suivre la vie du site 3.55 Alger Bab El Oued et le 26 Mars rued’Isly.   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License