Comité de liaison (CLAN-R)

Robert MILLER : Les Etats Unis et la guerre d Algérie , le tournant du discours de JF Kennedy en 1957

lundi 21 février 2011

Cette nouvelle réalité, qui contredisait les engagements du 13 mai 1958 et tous les plans successifs, qu’ils fussent militaires ou économiques, devait fatalement aboutir à l’indépendance. Mais l’indépendance avec qui ? La question que l’on peut donc se poser serait : puisque les États Unis avaient joué un rôle si important dans la décolonisation, pourquoi n’ont-ils pas accompagné le processus, en essayant par leur présence active d’éviter les drames et les horreurs qui ont balayé non seulement l’Algérie mais l’Afrique et l’Asie ? Le général de Gaulle a répondu souvent à toute suggestion de ce genre par un ‘non’ clair et massif. L’Algérie ne relevait que de la France qui devait gérer le problème entièrement seule.

La réponse se trouve peut-être dans l’expérience américaine au Congo dès l’été 1960 qui se révèlera catastrophique jusqu’à la dictature du général Mobutu, c’est-à-dire au résultat contraire à ce que cherchaient l’ONU et les libéraux américains. Échaudés par l’aventure congolaise, les États Unis étaient très peu enclins à vouloir jouer un rôle en Algérie qui faisait partie du domaine du général de Gaulle.

Pour lire le texte complet du Professeur Miller, utilisez la fonction plein écran


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 129 / 269152

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Commission Histoire et Réalité des Faits  Suivre la vie du site TEXTES  Suivre la vie du site 7-AUTRES THEMES  Suivre la vie du site 7.3 Evènements marquants de la guerre d’Algérie   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.19 + AHUNTSIC

Creative Commons License